Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionatureOiseaux des JardinsMNHNLPOVisionature
Accueil
 
Les partenaires
Participer
 - 
Participer : mode d'emploi
 - 
Ajouter un jardin
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
 - 
La carte des jardins
 - 
Les galeries
Données et analyses
 - 
Fiches espèces
 - 
Huppe fasciée 2017
 - 
Hirondelle rustique 2017
 - 
Perruche à collier 2016
 - 
Hirondelle de fenêtre 2017
 - 
Rougequeue à front blanc 2017
 - 
Moineau friquet 2017
 - 
Martinet noir 2017
 - 
Fauvette à tête noire 2017
 - 
Grive musicienne 16-17
 - 
Serin cini 16-17
 - 
Étourneau sansonnet 16-17
 - 
Tarin des aulnes 16-17
 - 
Bouvreuil pivoine 16-17
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
 - 
Code de conduite
  Aide
    - 
Explication des symboles
    - 
la Foire aux questions
  Statistiques

Fiches espèces

 

Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus)
crédit photo : Aurélien Audevard

Description
Le mâle se reconnait facilement à son plumage coloré ; poitrine orange vif ; dos gris cendré ; croupion roux ; queue noire au centre largement bordée de roux ; tête noire avec une large calotte grise et un front blanc (d’où son nom). La femelle (photo) est moins contrastée ; parties supérieures brunes ; poitrine beige nuancée de roux et tirant vers le blanc au niveau du ventre ; queue identique au mâle ; tête brunâtre avec la gorge plus pâle. Bec et pattes noirs. La femelle peut être confondue avec celle du Rougequeue noir, qui est cependant plus sombre.

Habitats
Il apprécie particulièrement les bois clairs et les milieux ouverts ou semi ouverts. On le trouve fréquemment nichant dans les landes boisées. Cependant, la présence humaine ne le dérange pas et il n’est pas rare de le rencontrer dans les parcs et jardins, même urbains, dès lors qu’ils possèdent quelques plantations de feuillus.

Période de présence
Migrateur, le Rougequeue à front blanc arrive dans notre pays dès le début mars et repart dans ses quartiers d’hivernage, en Afrique sahélienne, dès le mois de septembre. Sa répartition durant sa période de présence sur le territoire n’est pas homogène : il est par exemple absent de Corse,  rare en Bretagne, ainsi sur une partie du littoral méditerranéen.

Voix
Poussé généralement par le mâle, à partir du mois d’avril, le chant lui sert à délimiter son territoire et à attire une femelle. Il se fait entendre dès l’aube depuis un perchoir plus ou moins visible. Composé d’un mélange de sons brefs et répétitifs, son chant possède une tonalité légèrement mélancolique.

Reproduction
Cavernicole, le femelle construit le nid généralement dans une cavité d’arbre ou de rocher voire même sous un toit. Sa structure est composée d’un mélange végétal d’herbes et de feuilles tapissée de matériaux plus doux tels que des plumes et des poils. La femelle n’y dépose généralement qu’une ponte dans la saison, à partir du mois de mai. Composée de 5 à 7 œufs, elle la couve toute seule durant environ 2 semaines. Une fois éclos, les jeunes sont nourris par les deux parents encore 2 semaines avant de prendre leur envol. Les adultes continueront à les nourrir encore 3 semaines hors du nid avant qu’ils ne soient totalement indépendants.


statistique de l'espèce

Oiseaux des Jardins est un site co-administré par la LPO et le Muséum national d'Histoire naturelle.
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017